Homepage La genèse de Batiene
MOOKONYA - l'Aïeule Reine

chapitre 1

Trois tribus se partagent l’Ouest de la sousrégion de Mai-Ndombe (ex-district de Lac Léopold II) anciennement occupé par la seule zone de Mushie dont la porte principale l’embouchure du Kasai à Kwamouth sur le Fleuve Zaïre. Il s’agit do Bakoma, Bateke et Batiene.

Scindée en deux, la zone de Mushie a donné naissance à la zone de Bolobo qui fait frontière avec celle de Lukolela à l’Equateur.

La création de la zone de Bolobo a détaché entièrement les Batiene et une grande partie de Bateke de leur ancien territoire de Mushie.

Borné au Nord par la zone de Lukolela, au Sud par la zone de Mushie, à l’ouest par le Fleuve Zaire et à l’Est par la zone d’Inongo, Bolobo n’était à l'époque qu’un poste d'Etat dont la renommée dépassait quelque peu celle du Chef-lieu du Territoire, Mushie.

peinture

Bolobo devait sa réputation au fait qu’il était le centre commercial et intellectuel le plus important à l'extrémité Ouest du district. Il avait aussi l’avantage d’être le premier poste missionnaire (B.M.S.) important en amont de Kinshasa la capitale (à +- 360 km) sur le Majestueux Fleuve Zaire.

Posons-nous à cette question nous renvoie à l `époque des grandes migrations (17è – 18è siècle apr. J.-C.). Des groupes migrateurs venant de l `Ouest franchirent le Fleuve Zaire par laRèpublique Populaire du Congo et l `enclave du Cabinda. Les Kongo s`installèrent dans la région du cours inférieur du fleuve jusqu’à l’océan Atlantique. Les Teke se disséminèrent le long du fleuve à partir de Kinshasa jusqu’à l’embouchure du Kasai à Kwamouth. Les Mfunuka, les Sakata, les Yansi, etc, remontèrent cet affluent jusqu’au confluent des rivières Kwango et Kwilu et occupèrent cette région qu’on appelait déjà Bandundu.

Il convient de noter que les Mfunuka et les Yansi se confondaient beaucoup dans leur vie quotidienne; l’on supposait qu’ils étaient issus d’un ancêtre commun.

Quant aux Teke et Mfunuka, la distinction n’était pas facile à faire; ils constituaient presque une même peuplade tant par leurs coutumes que par leurs dialectes, raison pour laquelle aujourd'hui on ne parle pratiquement que de "Bateke" en général.

Plusieurs tribus composaient ces peuplades complexes où le clan matriarcal était la base essentielle de la société. Regroupés, ces clans donnaient naissance à des sous-groupes parfois assez importants. Ce fut le cas des "BALULUME" (act. Balueme), un de ces sous-ensembles qui retiendra notre attention à travers ces quelques lignes.

De Balulume dont le métier le mieux coté était la forge, quelques noms seront à la base de l'histoire de Batiene que nous tentons de résumer ici: MÛLUME-MUKUKI-BEBOKO, KENKO-KE-NZAKU, MWFLE-O-LOME et sa femme MOOKONYA, MBEMWA...

Tout commença le jour où MULUME-MUKUKI-BEBOKO, MBEMWA et MWELE-O-LOME s'aperçurent les premiers que les supérieurs hiérarchiques leur exigeaient trop à la forge; on les faisait travailler au-delà de leurs forces. Ils se décidèrent un jour de se soustraire à cette obligation journalière devenue pour eux une corvée.

Suivant le courant du Kwilu avec leurs familles, ils débouchèrent sur la Lukenie d’ou ils traversèrent la Lebamiti pour s’installer dans les parages pendant une période relativement courte.

Les Balulume les poursuivirent jusqu'à Kabele, village d’un certain MPIA-MONDJIA. Ce dernier obtint à les faire retourner chez eux; il leur offrit néanmoins de continuer les recherches pour leur compte. Joignant l’acte à la parole, MPIA-MONDJIA retrouva les dissidents à Lebamiti. Sur sa proposition de rejoindre tous Kabele, le groupe le soupçonna de trahison auprès de Balulume; il décida de quitter immédiatement ces lieux.

A une bonne distance de Lebamiti un enfant vit le jour parmi les révoltés; on le nomma MPEITSANA (act. Mpentana), nom de ces lieux mêmes.

MPIA-MUNDJIA qui alla rendre compte à qui de droit de sa découverte reçut en lieu et place de réponse l’ordre sévère de ramener au bercail tous les fugitifs car il l’avait promis!

Cette menace de Balulume décida MPIA à déserter son cher village de Kabele, de peur qu’il ne fut attaqué par ces gens sans scrupule. Il s’enfuit loin vers la rivière Mushie. S’arrêtant à un endroit où vivait une colonie importante d’abeilles (Nughi), il bâtit son nouveau village qu’il appela Nughi (act. Nioki). Ses deux enfant s’appelaient BADIATO et WALIA.

A Mpeitsana MOLUME-M.B. et ses compères ne sont et ses compères ne sont pas du tout tranquilles; ils redoutent l’imminente attaque des Balulume. Les uns proposent de mettre les femmes et les enfants à l’abri pour aller puiser des renseignements auprès de MPIA-MONDJIA qui devient leur unique voisin immédiat. L’idée n’enchante pas du tout MWELE-O-LOME qui y trouve plutôt une manigance contre sa sécurité; il se résolut de fausser compagnie aux autres et se relança dans la fuite de son côté avec son épouse MOOKONYA (une femme de grande taille) et ses enfants.

Navigation

[ Homepage | Editorial | Chapitre 1 | Chapitre 2 | Chapitre 3 | Chapitre 4 | Chapitre 5 ]


© 1989, 1998-2011 by Frank Heller Contact: vineta.communications